Patrick Ahmed

Avec ses allures de bad boy à la Bruce Willis, Patrick Ahmed est un gentleman passionné, un coiffeur engagé et fraternel qui œuvre pour une génération de coiffeurs en quête de sens et de lien social. Medley, sa marque créée en 1988, fête cette année, ses 30 ans.

Lorsqu’il s’exprime, son ton est celui d’un homme affable, bienveillant et franc. À 54 ans, après plus de trente ans de shows, de formation, de paillettes, Patrick Ahmed, carrure carrée, fait figure d’exception. Il est un explorateur capillaire dont les territoires vont de la coupe anglo-saxonne aux coupes iconiques françaises. Un homme militant qui attire la sympathie mais avoue de n’avoir jamais cédé aux compromis. Pourquoi un tel engagement ? La réponse à cette interrogation se situe peut-être dans les années 70. Son adolescence, il la passe à l’Internat pour garçons de Fénelon à Vaujours (en Seine-Saint-Denis), après la mort de son père. Il cherche par tous les moyens à trouver une nouvelle voie qui lui permettrait de quitter le lycée. Styliste de mode, prothésiste dentaire… Finalement, il suit l’idée de sa sœur aînée : coiffeur. “Il me fallait un maître de stage, j’ai donc parcouru tout Paris pour enfin être accepté chez Serge Saint-Clos. ” Après son apprentissage, il fait ses gammes à Londres, chez les plus grands, Vidal Sassoon, Adee Phelan, Toni & Guy, Molton Brown avant d’ouvrir son premier salon, boulevard Raspail, en 1988 : Medley.

Medley, logo des 30 ans
Un nom qu’il trouve par hasard, sur un disque de 33 tours. Par ailleurs, il devient formateur pour Eugène Perma où il insuffle de nouvelles techniques de coupes et des collections au travers de stages en France et à l’étranger. Dans la continuité, il lance avec Eugène Perma, une ligne capillaire complète Medley Spirit à base d’ingrédients naturels. 2007 est une année décisive ! Patrick rachète sa marque et ouvre un deuxième salon de 200 m2 en plein coeur du Marais. Dans ce tourbillon de la vie professionnelle, un homme, un fidèle ami le suit : Serge Janin. En 2005, il rejoint le groupe Medley avec son magnifique salon de 250 m2 sur trois niveaux à Saint-Dié-des-Vosges. Rôle influant des dernières collections Medley, il met“son univers artistique au service d’une clientèle « addict »”, précise Serge sur son site. Les deux hommes partagent cette volonté d’étonner, de prendre sans cesse le pouls de la rue pour insuffler notre engagement en phase avec leur époque, en conservant toujours un temps d’avance. Pour cela, il suffit, d’après Patrick Ahmed, “d’observer, d’écouter et de comprendre la jeune génération et plus généralement, la société”. Le made in France, le mariage pour tous, la crise des migrants…
 
Un credo toujours appliqué pour les collections Medley depuis 2004 : un univers fort, avant-gardiste, militant et des photos shootées en noir et blanc. “Enfin presque ! Puisque cette année pour marquer la date anniversaire et la transition, la collection se colorise légèrement et je disparais des radars”, précise-t-il avec émotion et des trémolos dans la voix. C’est Gabin, son fils de 26 ans qui reprend désormais les rennes des collections et la ligne artistique de Medley Academy, lancée il y a plus de cinq ans.

2004
1re collection artistique Medley avec son ton décalé et ses codes spécifiques.

2007
Rachète sa marque Medley.

2013
Lance Medley Academy.

2018
Medley fête ses 30 ans : nouveau logo, nouvelle vitesse de croisière.

Dans le même temps, Patrick Ahmed collabore toujours pour des marques –Babyliss Paris, Chanel, Solvay – et a une nouvelle marotte, en plus de ses salons. Juin 2017, il lance Community Hairdressers Spirit, un groupement de coiffure avec une approche inédite et qui comptabilise à ce jour, 30 salons. Au-delà de trois forfaits d’adhésion, l’initiative fédère des professionnels, patrons mais aussi salariés, qui veulent se former, augmenter leurs compétences et tirer leur métier vers le haut en étant accompagnés et ce, quelle que soit la marque avec laquelle ils travaillent. “Toutes les marques, dont les quatre principales, nous suivent.
 
Leur action : apporter aux membres de Community des avantages supplémentaires par rapport à ceux qu’ils obtiennent déjà de leur côté”, explique Patrick. Community crée également de l’image, mais sans remplacer celle du salon. Les coiffeurs adhèrent à une charte et des valeurs claires qu’ils mettent en avant dans le salon. Une convention, un séminaire de trois jours à Londres et un congrès, en septembre prochain, à la Cigale de Paris, les rendez-vous sont nombreux. Et, s’il est aujourd’hui aux commandes de Community Hairdessers Spirit, cet entrepreneur se présente toujours comme “un modeste artisan”. Loin des fantasmes d’ego.

Par Joséphine Hopper
Crédit photo : © Stéphane de Bourgies